L’immobilier résidentiel européen

de la métropolisation à la stratégie d’investissement

Selon les projections, 70% de l’humanité vivra dans les métropoles en 2050 contre 1 habitant sur 2 aujourd’hui.

On peut définir ce phénomène de métropolisation comme une concentration des actifs (services publics, hubs de transport, entreprises du secteur tertiaire, offre culturelle, offre scolaire, offre immobilière, etc.) sur un territoire en extension. Le phénomène de métropolisation rebat les cartes des marchés résidentiels avec des territoires qui deviennent plus attractifs et d’autres qui se dévitalisent.

Nous pensons que les facteurs démographiques, sociologiques, et la poursuite du phénomène de métropolisation sont autant d’éléments déterminants pour l’investissement en immobilier résidentiel. 

À l’horizon 2050, l’Europe comptera près de 530 millions d’habitants, soit plus de 20 millions d’habitants supplémentaires par rapport à 2015 (dont 13,5 millions pour la zone euro). Même si le solde migratoire entre zones rurales et zones urbaines a plutôt tendance à se stabiliser, la dynamique démographique s’accompagne d’une densification des grandes régions urbanisées

Ce phénomène de concentration urbaine s’accompagne également de changements sociologiques. En effet, les ménages sont de plus en plus nombreux (+16 millions entre 2005 et 2017) et de plus en plus petits.

À l’œuvre depuis plusieurs années, ces changements traduisent des évolutions de modes de vie (comme la hausse des séparations ou la diminution des familles nombreuses). Ces phénomènes alimentent naturellement la demande en logement.

Les marchés européens de l’immobilier résidentiel sont hétéroclites, en raison notamment de législations distinctes. Le déséquilibre entre offre et demande a conduit à une croissance forte des loyers. Cette pression des ménages pour se loger aura également impacté la croissance des valeurs des zones en manque d’offre et aux fondamentaux solides. L’attractivité des taux d’intérêt pour les prêts à l’habitat a également contribué à entretenir le dynamisme des prix.

résidentiel immobilier recherche Primonial REIM SCPI

Dans ce contexte, notre étude sur l’investissement en immobilier résidentiel a pour but de mettre en lumière les zones attractives en matière d’investissement. Alors où faut-il investir en zone euro ? en France ? dans le Grand Paris ?

Téléchargez notre étude pour connaitre nos convictions en immobilier résidentiel.

Découvrez Primofamily

La seule SCPI du marché axée sur l’immobilier du quotidien

En savoir plus

The team

Daniel While
Daniel While Research, Strategy & Sustainability Director

Henry-Aurélien Natter
Henry-Aurélien Natter Research Manager

Adrien Isidore
Adrien Isidore Economist Statistician

You may also like

Real estate convictions: Europe in the 2nd quarter of 2021
  • Market review

Real estate convictions: Europe in the 2nd quarter of 2021

26/05/2021 By Henry-Aurélien Natter

More than a year after the start of the Covid 19 pandemic, around EUR 115 billion were invested in commercial real estate in the first half of 2021, again confirming the relatively good resilience of this asset class. The dynamics differ both between European countries and between the asset classes we examine in this publication: we’ll take a closer look at office, retail, residential, healthcare and hotels, in all of which we’ll also highlight the outlook the respective asset class.

Read the study
Healthcare real estate in a post-covid world
  • Thematic study

Healthcare real estate in a post-covid world

06/07/2021 By Henry-Aurélien Natter

The ongoing pandemic crisis has highlighted the need to expand healthcare real estate infrastructure. Investment in healthcare infrastructure is at the intersection of major social and environmental challenges.

Read the study
Real estate convictions: Europe in the 1st quarter of 2021
  • Market review

Real estate convictions: Europe in the 1st quarter of 2021

26/05/2021 By Henry-Aurélien Natter

With €50bn invested in Q1 2021, the European commercial property market is declining due to the caution of investors.

Read the study